Aller au contenu principal

Conférences Théosophiques - 1901

A YAula de l'Université de Genève.

PREMIERE CONFERENCE

LA THÉOSOPHIE ET SES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS

Je suis très honoré, Mesdames, Messieurs, d'avoir été appelé à porter la parole théosophique dans la grande cité genevoise, et je remercie le Département de l'Instruction publique de m'avoir ménagé cette faveur.

Je n'en ai pas moins un grand regret : c'est de ne pas voiv à ma place cette intelligence si lumineuse, cette âme si noble, cet orateur si éminent qui s'appelle Mme Annie Besant. Mm' Annie Besant avait été primitivement appelée à venir prendre la parole au milieu de vous ; son voyage dans les Indes, où elle se trouve en ce moment, l'en a empêchée.

La Théosophie, quoi qu'on ait pu vous en dire, n'est point un instrument de combat contre les religions ; au contraire, elle m'a appris à les respecter toutes. Partout c'est le rameau d'olivier à la main qu'elle se présente, partout c'est pour unir qu'elle éclaire, partout elle fait appel à l'amour, et le premier des buts de la Société Théosophique, — le seul qu'elle exige de ceux qui demandent à entrer dans son sein, — c'est de former le noyau d'une fraternité universelle, sans distinction de race, de sexe et de credo.

Kt quelle ville serait-elle plus apte à accueillir de si nobles doctrines que celle qui a été, de tous temps, le plus grand asile de la liberté de la pensée? Et quel peuple pourrait-il mieux comprendre et favoriser ua nouvel effort vers la fraternité que celui qui, avec les tronçons de trois race, i pu faire, une nation parlant trois langues, mais n'ayant qu'un ;ul coeur? '

Télécharger l'ebook PDF::Conférences_théosophiques_à_l''aula'_de_Pascal_Théophile

Source gallica.bnf.fr / BnF

Conférences Théosophiques